21/04/2006

Notre Bip-diote... et la grippe aviaire...

Avec la grippe aviaire et les félins qu'on a tendance à juger dangereux, avec notre poil qui se fait rare (et qui soi-disant nous donne un air de chat contaminé par le H5N1), la bip s'est mis en tête de nous protéger. Elle a contacté quelqu'un pour mettre des palissades, sans jamais recevoir de réponse. Merci mon Dieu. Elle a cherché des renseignements sur le net, au sujet de serres, de pergolas, tout pour nous "confiner" comme on dit maintenant. Sans succès. Merci mon Dieu. Elle s'est rabattue sur sa vieille idée récurrente (chaque année, elle réfléchit, elle réfléchit, elle abandonne) : une barrière invisible et électrique. Si, si, vous devez connaître, ça existe depuis longtemps pour chiens. Un engin de torture : quand le pauvre animal (en l'occurrence le chien) veut passer outre un fil et des fanions censés lui faire comprendre "passe pas, passe pas", un collier émeteur lui envoie un signal suivi d'une décharge. ça provoque un réflexe pavlovien qu'on dit... Et maintenant, zont sorti ça pour chats. On vous jure. Sont fous. Bref elle a investi une somme folle dans l'achat de tout ce barda. Vous l'auriez vue, elle a passé des heures à tenter d'installer son barda, des fils rouges partout. Elle aussi était toute rouge. Elle a même dû se coucher. Hypertension qu'elle avait. A-t-on idée de s'énerver ainsi. Pendant ces nombreuses journées où elle a testé ses appareils, on n'a pas pu sortir. Grib a hurlé tant qu'elle pouvait. La bip s'est fachée toute rouge (encore). L'autre jour, après encore quelques heures d'essai, on a bien vu qu'elle était désespérée, elle a tout fourré dans un grand sac de voyage et est partie avec. Au magasin. Rencontrer le représentant du bastringue (elle avait parlé un nombre incalculable de fois avec un gentil môssieur du service clientèle). Elle est revenue sans le bastringue. Paraît que son jardin, avec ses murs hauts et ses étagères, métalliques, n'est pas bon pour ce genre de truc électronique (instrument de torture, on vous dit), trop d'ondes à cause du métal et des murs. Bref elle est revenue sans. Et avec un bon d'achat équivalent au prix de la chose. Valable dans le même magasin, où on ne vend que des trucs pour animaux... Nous voici avec des tonnes de croquettes en perspective. Si nos calculs sont bons, on est sûres de manger encore au moins quatre ans. OUF. Merci mon Dieu.

22:31 Écrit par Grib-Pral | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.